_

Une étude de la pollution atmosphérique

Logo - Une étude de la pollution atmosphérique
www.portsaintlouis.fr / 5.08.2015 - 14:25

Fondé en 2011, l’ínstitut Ecocitoyen s’est donné comme but de définir l’identité du territoire en terme de pollution atmosphérique. Une première étude lancée en 2012 à Fos sur Mer avait mesuré que plus de 80% des particules présentes étaient d’une taille inférieure à 0,1 micron.
La règlementation en matière de surveillance de l’air impose de mesurer la quantité de particules en masse. Or ces toutes petites particules ne représentent que 7% de la masse totale mesurée.

L’institut a mis en place un suivi à long terme de la pollution par ces particules ultrafines en analysant le nombre et la distribution de taille de ces particules.
Trois ans d’études ont permis de mettre en évidence une spécificité territoriale. On enregistre régulièrement des pics intenses, comparables aux taux enregistrés dans les tunnels autoroutiers, composés de nano particules.

L’Etude Sulttan (Suivi Long Terme en tailles et nombre des particules ultrafines) a été lancée en 2013. Neuf campagnes de suivi ont d’ores et déjà été effectuées à Fos-sur-mer (sur 6 sites), Port de Bouc et Martigues.

L’appareil de mesure est arrivé pour la campagne en cours à Port Saint Louis du Rhône.
Installé a proximité immédiate de la Station d’AirPaca, au stade Taberner, il fournira une quantification des particules ultrafines comparable aux mesures de PM10 de la station voisine.

Les résultats

Les résultats de Port Saint Louis du Rhône devront être attendus, la station a été installée pour un suivi à long terme et restera donc près de 6 mois sur place. Lors des précédentes campagnes, les profils mesurés contrastaient avec les mesures enregistrées dans les grandes villes. La spécificité du territoire est dans la récurrence de pics intenses de particules contenant un grand nombre de très fines particules.

Alors qu’en ville, dans une rue, on observe des pics pouvant aller jusqu’à 80000 particules PM1, les mesures enregistrées ont remarqué des maxima de :
- 139900 PM1 à Fos Carabin à l’été 2011
- 239600 à l’été 2013 et 319900 à l’automne 2013
- 264900 PM1 à la Fossette à l’été 2015

Des valeurs largement supérieures aux données ville. Corrélant ces valeurs et ces pics avec les roses des vents des zones de mesure, l’expérience affiche une certaine cohérence entre la présence des pics et la direction et la force du vent. Il n’y a que certaines directions de vent qui conduisent à des pics de pollution.

A Port Saint Louis

L’été a été clément avec les port Saint Louisiens, la station n’est en fonction que depuis le 6 Juillet 2015 et le flux général est de nord ouest. La présence du Mistral semble avoir effectivement protégé les habitants de la ville. En effet, sur la période concernée, aucun pic n’a été visible sur les graphes.

La station continue d’enregistrer ses données, bilan dans 6 mois...

Quel intérêt ?...

Aujourd’hui la qualité de l’air n’est analysé qu’au travers de la masse de particules PM10 mesurée. Ces particules sont inhalables et donc considérées comme dangereuses. L’organisme souffre de la présence de ces particules, mais de façon différente selon la taille des particules considérées. En effet, plus les particules sont petites, moins l’organisme a la capacité à les éliminer. Trois régions de dépôt ont été ainsi identifiées : La région naso-pharyngée, la région trachéo bronchique et la région alvéolaire.
Les particules fines à ultrafines, soit inférieures à 0,2 microns, ne sont pas éliminables par l’organisme et pénètrent donc dans la région alvéolaire. Elles sont donc particulièrement dangereuses.

Dès aujourd’hui, il est important de connaitre le profil de la pollution atmosphérique pour mieux comprendre par quels mécanismes celle ci peut influer sur la santé des habitants.

Le projet SULTTAN est un outil de choix pour définir tant le profil des particules présentes que la source de ces pollutions.

JPEG - 233.5 ko
L’équipe de recherches, Jean-Paul Gay et Jacques Carle présentant SULTTAN lors d’un point presse, le 29 Juillet 2015

Convertir en PDF Enregistrer au format PDF