] ]
_

Biosécurité : une zone de contrôle temporaire dans le département

Logo - Biosécurité : une zone de contrôle temporaire dans le département
www.portsaintlouis.fr / 25.11.2022 - 18:35

Suite à la découverte de cygnes infectés par le virus H5N1 dans la réserve naturelle du marais du Vigueirat, le préfet des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté déterminant une zone de contrôle temporaire d’un rayon de 20 kilomètres. La ville de Port Saint Louis du Rhône est concernée par ces mesures tout comme d’autres communes du département.

L’objectif de cette zone est de renforcer la biosécurité dans la filière avicole et de limiter la diffusion de cette maladie aux élevages et aux basses-cours. Pour rappel, le virus H5N1 actuellement présent en Europe n’est pas dangereux pour l’Homme. La consommation de viandes de volailles, de foie gras ou d’œufs n’engendre aucun risque pour la santé humaine.

Le nombre de foyers d’influenza aviaire hautement pathogène continue à progresser ces dernières semaines en France et en Europe. Face à cette situation, le ministère de l’Agriculture a pris la décision de relever le niveau de risque épizootique vis-à-vis de l’influenza aviaire de « modéré » à « élevé » sur le territoire métropolitain. Les mesures de prévention sont renforcées pour protéger les élevages.

Ainsi, tout particulier détenteur de volailles et/ou d’oiseaux doit se déclarer auprès de la mairie et maintenir les animaux en claustration ou sous filet afin d’éviter tout contact avec les oiseaux sauvages. Leur alimentation et leur abreuvent doit s’effectuer à l’abri. Les professionnels devront se rapprocher de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et mettre à l’abri leurs animaux.

Les rassemblements d’oiseaux sont interdits et les mouvements à destination ou en provenance d’exploitations d’oiseaux sont à éviter, et à défaut, respecter des mesures de biosécurité renforcée. De plus, le transport et l’introduction de gibier à plumes sont désormais réglementés dans la zone de contrôle temporaire.

Pour tous les acteurs de la filière, il s’agit de renforcer la vigilance et de veiller à l’application la plus stricte des mesures de biosécurité pour empêcher le virus d’entrer dans les élevages et éviter sa diffusion entre élevages. Les mêmes recommandations s’adressent aux particuliers détenteurs d’oiseaux de basse-cour et d’ornement.

Lire le communiqué de la préfecture :

PDF - 190.8 ko

Convertir en PDF Enregistrer au format PDF